Beta Version

la stratégie de ministère

La stratégie du ministère

Redonner une impulsion à la culture égyptienne exige pour le ministère de la culture de posséder une vision stratégique globale qui intègre tous les champs du domaine culturel et fasse donc appel à toutes les administrations et tous les secteurs du ministère. Notre visée est bien de rompre avec une instrumentalisation de la culture au profit dun parti politique ou d'une idéologie au pouvoir. Avoir une stratégie pour la culture, c'est d'abord avoir comme perspective le seul intérêt national et l'avenir du pays. C'est pourquoi nous nous plaçons d'emblée dans le sens des mutations contemporaines. Ce que l'on appelle désormais la société du savoir où la vie des gens est perpétuellement traversée (voire saturée) de messages, de cultures et d'informations et où l'échange d'informations est devenu universel marque un tournant majeur des sociétés modernes. L'Egypte doit être en mesure de suivre ce mouvement. Il est évident que le ministère de la culture aura à jouer un rôle décisif dans cette transition.

Buts

Dans un premier temps, il s'agira de réduire les fossés qui existent entre les différentes classes et catégories d'Egyptiens. La culture est bien souvent le privilège de quelques uns, alors qu'elle devrait être le droit de tous. Un rude combat s'engage donc afin de combler les fossés et de donner au plus grand nombre de personnes l'opportunité d'avoir un accès équitable à la culture. Pacifier la société par la culture et en faire un pont entre les différentes classes sociales représente donc une visée essentielle et un défi majeur. Pour ce faire, préserver l'identité de la culture égyptienne; saisir la dimension culturelle du développement économique et social; faire participer la culture dans l'extension et la consolidation des principes de démocratie et de droits de l'homme forment comme autant d'orientations capitales pour notre stratégie.

Les principes de la politique culturelle

La tolérance et le dialogue avec les autres, qu'ils soient à l'extérieur ou à l'intérieur de nos frontières et le refus des exclusions et discriminations représentent pour nous un but essentiel. La promotion de la langue arabe et le développement de structures propres à donner aux femmes, aux jeunes et aux enfants un accès plus facile à la culture sous toutes ses formes est une untre visée essentielle. La considération qu'il faut donner aux minorités et ethnies, l'importance de la culture populaire en Egypte, tout cela sera pris en compte. L'Egypte qui avait signé en 2005 la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles entend poursuivre le travail dans ce sens. La situation nouvelle que la Révolution a créée appelle une nouvelle politique. Le peuple dans toutes ses composantes, culturelles et sociales, est devenu la cible unique et le principal bénéficiaire de nos stratégies.

La culture démocratique

Ainsi, les différentes administrations du ministère (le Conseil suprême de la culture, l'Administration des palais de la culture ou encore le Fonds du développement culturel) se mobilisent et se coordonnent afin de répondre aux besoins et aux attentes des divers publics. Soutenir la production et les industries culturelles, aider les jeunes créateurs, encourager l'activité et la tenue regulière de manifestations représentent les grandes lignes de l'intervention annuelle ou ponctuelle du ministère. Tous les domaines sont ici visés : cinéma, arts plastiques et visuels, spectacles, édition. Il s'agira de trouver des moyens et méthodes propres produire des œuvres de qualité avec peu de moyens financiers, compte tenu de la situation financière difficile du pays. Un autre volet de notre travail réside dans les intenses relations que le ministère entend lier avec les ONG culturelles de plus en plus nombreuses et actives dans le paysage culturel égyptien. Par ailleurs, la décentralisation sera illustrée au niveau de notre ministère par une représentation régionale ou locale plus importante de nos grandes administrations. Enfin, les cultures des minorités ethniques (Nubie, Sinaï et Siwa) qui participent à la richesse de la nation seront non seulement prises en compte, mais bénéficieront d'une visibilité beaucoup plus grande.